Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Nature à l'oeil

Le jeudi 18 sept 2008

 

Agence France-Presse

Stockholm

La mairie de Göteborg, la deuxième ville de Suède, a décidé de ne plus acheter de bouteilles d'eau gazeuse pour respecter l'environnement, et ne fournira plus que de l'eau du robinet à ses employés, a indiqué jeudi un conseiller municipal.

«À partir du 1er octobre, les employés de la ville, comme les élus et les enseignants (qui en Suède dépendent de la commune, ndlr), se verront proposer uniquement de l'eau du robinet sur leur lieu de travail», a expliqué à l'AFP le conseiller municipal Max Reijer.

En 2007, la ville avait acheté quelque 39.000 litres d'eau en bouteilles.

«L'eau en bouteilles est transportée sur de longues distances, ce qui pose des problèmes d'environnement. La solution est de boire l'eau du robinet, qui est de très bonne qualité à Göteborg», d'après la proposition présentée au conseil municipal avant le vote final.

«En arrêtant d'acheter de l'eau en bouteilles, la ville de Göteborg utilisera également l'argent des contribuables plus efficacement, car l'eau du robinet est beaucoup plus économique», selon la même source.

Un mouvement de plus en plus important a émergé dans le monde entier contre l'utilisation de l'eau en bouteilles, dénonçant le grand nombre de déchets en plastique occasionnés et les coûts de l'énergie pour son transport.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stéphane Biron 19/09/2008 16:47

L'idée est innovatrice et très intéressante. Comme les autorités municipales assurent aux citoyens la qualité de l'eau potable, il est assez évident qu'ils puissent en consommer. De plus, la municipalité se doit de faire la promotion de cette eau. L'eau, issue de nos centrales de traitement, subit des contrôles aussi rigoureux que l'eau commercialement vendue. Pour cette raison, il devient intéressant que les autorités municipales puissent donner l'exemple. Un de mes collègues me soulignait d'ailleurs que c'est le même parallèle que le ministre de l'éducation qui envoie ses enfants dans une école privée. Ce droit est tout à fait valable, mais la confiance envers le système en est sûrement un peu ébranlée.