Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Nature à l'oeil

François Cardinal
La Presse

L'idée de réclamer cinq sous au consommateur qui achète une boisson gazeuse, puis de les lui rendre lorsqu'il rapporte le contenant vide, a un petit quelque chose de suranné.

Habitués au tri des déchets, les Québécois ne semblent plus vraiment avoir besoin d'un «nanane» pour poser «le bon geste». D'où la recommandation de la Commission de l'environnement de l'Assemblée nationale d'abolir la consigne.Cette suggestion, faite l'an dernier, était une réponse directe aux pressions des grandes chaînes de supermarché, des restaurateurs et des détaillants en alimentation, qui ne veulent tout simplement plus se charger de cette tâche.

Or un rapport commandé par Recyc-Québec, et obtenu par La Presse grâce à la Loi d'accès à l'information, jette un nouvel éclairage sur la question.

Comparant entre eux les provinces et États américains ayant une consigne et ceux qui se fient exclusivement à la collecte sélective, la firme CM Consulting en arrive à un constat brutal : «Une révocation du programme de consignation entraînerait une baisse de la récupération de toutes les matières.»

 

Imaginez : sans consigne, le taux de récupération des canettes de boissons gazeuse chuterait de 70 % à 46 %. Celui des canettes de bière, de 71 % à 51 %. Et celui des bouteilles de plastique, de 73 % à 51 %.

On jetterait donc à la poubelle des années d'effort et de sensibilisation... ainsi que 3000 tonnes supplémentaires d'aluminium, 4000 tonnes de verre et 3000 tonnes de plastique. Chaque année.

De manière tout à fait tordue, l'enfouissement d'une portion des matières recyclables pourrait sembler intéressant au moment où les centres de tri débordent. Mais à n'en pas douter, il constituerait à plus long terme un recul environnemental majeur.

Pour lire la suite : http://www.cyberpresse.ca/environnement/200902/13/01-827129-surannee-la-consigne.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article