Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Nature à l'oeil

François Cardinal

(Montréal) Jeff Rubin, en plus d'être l'un des économistes le plus en vue au pays, est un rebelle, comme le confirme sa récente démission de la CIBC, après 20 ans de service. La raison: la publication d'un livre sur l'imminence du prochain choc pétrolier, que la banque refusait de cautionner. Entrevue autour d'une prédiction... qui ne laissera personne indifférent.

Les vacances en Europe, les vins australiens, les fraises en hiver, vous devrez bientôt faire une croix sur ces petits plaisirs ainsi que sur vos longs trajets quotidiens en automobile, si l'on se fie à l'ancien économiste en chef de la CIBC, Jeff Rubin.

Celui qui avait prédit, contre vents et scepticisme, la hausse spectaculaire du prix du pétrole l'an dernier, prévoit cette fois que le baril s'échangera à plus de 200$ d'ici un peu plus d'un an. Si ce n'est plus tôt.

Résultat: le prix de l'essence dépassera les 2$ le litre, nos habitudes quotidiennes seront complètement bouleversées... et la mondialisation ne sera plus qu'histoire ancienne, conclut-il dans un livre coup-de-poing publié ces jours-ci, Why Your World Is About to Get a Whole Lot Smaller.

 

«Aujourd'hui, en plein milieu de la pire crise des 60 dernières années, le baril s'échange à un peu plus de 60$... Pas besoin d'un diplôme en économie pour imaginer combien il coûtera quand la récession sera finie, quand les gens retrouveront un emploi, quand ils recommenceront à conduire...»

À combien, justement? À 100$ dans les 12 mois suivant une relance économique, puis à 200$ d'ici 2012, estime-t-il.

Certes, la prédiction peut faire sourciller, venant d'un homme reconnu pour sa flamboyance et ses opinions tranchées. Mais elle est partagée par d'autres experts qui croient comme lui que la crise financière, qui se traduit actuellement par une baisse des investissements pétroliers, prépare le terrain pour de «futures brusques hausses des prix», selon les mots du numéro deux du Fonds monétaire international (FMI), John Lipsky.

Alors qu'ils dépassaient les 147$ en juillet dernier, qu'ils ont chuté à un peu plus de 32$ en décembre, les cours du pétrole dépassent aujourd'hui les 60$. «Il y a quatre ou cinq ans, observe Jeff Rubin, un tel prix aurait été considéré comme un record de tous les temps. Aujourd'hui, rien de plus normal...»

La fin du pétrole

Jeff Rubin est un disciple de la théorie du pic pétrolier (la production mondiale de pétrole atteindra son apogée puis amorcera un inévitable déclin) depuis un voyage en Irlande, en 2000. Il a alors discuté avec l'auteur de l'essai The Coming Oil Crisis, le géologue Colin Campbell, une rencontre qui ne l'a pas autant convaincu de l'épuisement du pétrole... que de l'épuisement du pétrole bon marché.

Pour lire la suite: http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/200905/28/01-860553-la-fin-du-monde-tel-quon-le-connait-est-proche.php

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article